Campaign of the Month: April 2017

Les Compagnons d'Ailleurs

Journal de Tali #6

26 à 28 Tarkash 659 CV - Jour 3 à 5 - Session #4

Motivé par cette vision encourageante, je remercie Delena de son aide. Celle-ci me lance alors :
- “Si dans la recherche de ton compagnon tu te perds, lève les yeux au ciel et suis ta bonne étoile.” Je lève alors mon regard vers les astres et aperçois une étoile bien plus scintillante que les autres. Mais celle ci se trouve vers le sud, ce qui nous éloignerait de notre objectif qui est de retrouver le Roi Putride, au nord. J’explique donc ce que j’ai vu à Taaru. Nous commençons à spéculer sur la signification de cette vision mais nous remettons vite en route pour aller retrouver nos 2 autres compagnons.
Je ne sais comment leur annoncer que je ne peux me détourner de mon objectif principal et que je dois donc les quitter temporairement…
De retour au cœur du festival d’herbeverte, je questionne un des commerçants derrière son étable sur l’éventuel passage d’un demi-Elfe et d’un nain, et celui ci me répond qu’il a vu un nain très mal en point se faire transporter sur le dos d’un humain accompagné d’un Elfe. Rurik a encore dû se mettre dans le pétrin. Direction la Chapelle d’ Ilmater

Sur le trajet je fais part à Taaru de mon désir d’informer Kurogar des avancées de mon enquête et de prévenir mon père que je suis en vie et que tout va bien.
Taaru a lui aussi 2 ou 3 choses à dire à Kurogar et me propose d’écrire une lettre ensemble pour lui.

Arrivés à La Chapelle, nous voyons nos 2 comparses se dirigeant vers la sortie, Rurik couvert de bandages et encore plus bougon que d’habitude. Ils étaient accompagnés d’un humain, relativement bel homme, un certain Ragnar, qui serait apparemment à l’origine des blessures de Rurik, suite à un combat de rue organisé par Ieel ! Cela ne m’étonne qu’à moitié. Le bellicisme de notre nain le menant toujours dans les situations les plus dangereuses…
Mais les talents au combat de Ragnar méritent mon attention. Un mercenaire doté d’une telle expérience au combat et capable de terrasser Rurik aussi facilement pourrait bien m’être d’une grande utilité dans ma quête. Je décide donc de lui proposer de devenir mon garde du corps, le temps de retrouver Kimar. Offre qu’il accepte sans rechigner.

J’annonce à présent au reste du groupe mon désir de me rendre à Suzail en direction du sud afin de poursuivre mon enquête et leur explique les regrets que j’éprouve à ne pouvoir continuer la traque du culte de Moander avec eux. Et à ma grande surprise, Taaru me dit qu’il restera à mes côtés jusqu’à ce que l’on retrouve Kimar. Sa loyauté et son professionnalisme me vont droit au cœur.
Ieel et Rurik eux décident de rester à Arabel et de mettre la traque du roi putride en pause, le temps d’installer et d’encrer les fondations de notre compagnie profondément en Arabel. En commençant par trouver le moyen de récupérer la taverne du rat de la Cale et d’en faire notre quartier général. Une idée ingénieuse.
Et qui de plus apte à nous céder le titre de propriété de ce lieu abandonné que les hautes huiles de la citadelle ?
Il me faut également l’aide de Briard pour contacter ma famille.
Mais il se fait tard et continuer nos recherche de nuit serait improductif.
Nous nous donnons donc rendez-vous à la citadelle à l’aube et nous séparons.
Taaru décide d’aller passer la nuit dans sa chambre de fortune et me propose de l’accompagner. J’accepte avec plaisir.
Rurik et Ieel qui ne semblent pas avoir l’intention d’aller dormir dans l’immédiat, suivent Ragnar dans une maison de plaisir réputée d’Arabel, “La sirène rougissante”.
J’espère qu’il ne vont pas encore s’attirer des ennuis.

Après un sommeil réparateur pour les membres des compagnons d’ailleurs, nous nous rejoignons et demandons à nous entretenir avec l’échevin.
Sur place, on nous explique que ni Briard, ni Miranda ne sont disponible et qu’il faut patienter pour avoir un entretien, sans plus de précision sur la durée de cette attente. Un temps précieux que je ne peux me permettre de perdre.
Taaru me propose alors d’aller nous renseigner sur un éventuel transport vers Suzail, aux portes d’ Arabel. Ieel, quand à lui, tient à rencontrer un mage de guerre de la ville et nous explique qu’il pourrait nous aider à garder contact lorsque nous serons séparés. Nous laissons donc Rurik et Ieel à la citadelle et nous dirigeons, Ragnar, Taaru et moi, vers les portes de la ville.
Arrivés à destination, nous apercevons 2 convois transportant une cargaison en préparation pour un départ vers le sud.
Tous 2 ayant besoin d’une escorte armé pour le trajet.
L’un transporte un marchand Halfelin et plusieurs énormes fûts de vins, une cargaison relativement lourde. L’autre transporte une dame d’un certain âge et un cercueil contenant son défunt mari. Après quelques échanges avec mon partenaire demi-elfe, l’option du convoi funéraire nous paraît la plus judicieuse.
Une certaine lady Emmarask nous accueille, d’un ton relativement froid, triste et sec. Je lui vend les mérites d’une escorte par des membres des “compagnons d’Ailleurs”, puis nous négocions la prime et obtenons facilement le prix le plus élevé auquel nous aspirions. Espérons que l’escorte de ce cercueil se fasse sans encombre…
Lady Emmarask nous explique qu’elle est prête à partir sur le champ. Mais il faut que nous prévenions nos autres compagnons que nous quittons Arabel dès à présent. Nous repoussons donc le départ d’une heure et revenons en vitesse à la citadelle.
Nos 2 comparses patientent toujours mais ont pu s’entretenir avec un certain Dimarin, de l’ordre des mages d’ Arabel. Ieel nous explique que pour les contacter rapidement, lui et Rurik, nous devrons passer par un autre mage, du même ordre, de la ville de Suzail. Un certain Yondaelle Le’Quella. Personnage pas très commode apparemment, d’après Dimarin… Mais c’est une bonne nouvelle.
Je donne la lettre que j’ai écrite pour mon père, Myralas Zorah, à Ieel et lui confie la tâche de la donner à l’échevin et de le convaincre de l’envoyer pour moi, au Cormanthor. Il me doit toujours une faveur, espérons qu’il la respecte.
Je dis au revoir à Ieel et le remercie d’avance de ce qu’il fait pour moi et la compagnie. Puis je me tourne vers Rurik et lui demande de rester prudent et de ne pas se mettre dans le pétrin durant mon absence. Il esquisse un sourire de défi, signifiant qu’il n’a aucunement l’intention d’être prudent et bizarrement, sa réaction me rassure.

Enfin prêts à partir, mon nouveau garde du corps, Taaru et moi rejoignons lady Emmarask aux portes d’ Arabel.
Le convois contient un chariot de très bonne facture dans lequel se trouve le cercueil, un coché, et 3 hommes de main de lady Emmarask, armés et entraînés. Je demande à notre lady pourquoi une telle escorte pour transporter un mort, et elle me répond que des gens mal intentionnés en veulent à sa famille.

Nous mettons donc le Cap vers Suzail et notre voyage débute sans problème. Une journée entière sans le moindre arrêt nous a permis de parcourir une bonne distance. Mais la nuit tombée, lady Emmarask demande une halte pour se ravitailler et se reposer. Nous installons donc un campement de fortune à l’orée d’un champ. Taaru organise des patrouilles afin de monter la garde durant la nuit par groupe de 2.
La première patrouille se passe sans problèmes particuliers, ce qui me laisse même le temps de faire ma méditation quotidienne, où je rêve, une fois de plus, de Kimar. Des images de ma vision chez Delena se mêlant au rêve que je fais chaque nuit depuis maintenant près d’une semaine.
Ma transe terminée, je relève 2 des gardes d’Emmarask qui effectuaient la première patrouille de la nuit et prends le relais avec Ragnar qui tenait à faire son tour de garde à mes côtés. Il prend son rôle de garde du corps très à cœur.
Notre tour de garde se passe lui aussi sans encombres. Taaru prend alors la relève et monte la garde, pour la dernière partie de la nuit, accompagné du 3ème soldat de lady Emmarask à peine réveillé après sa sieste. Je retourne me reposer mais garde un œil ouvert. Et je fais bien, car quelques minutes plus tard j’entend un bruit provenant d’un arbre à quelques dizaines de mètres de là. Probablement un animal. Mais je veux en avoir le cœur net.
Je décide donc de dégainer mon arc et de tirer une flèche sur l’arbre, pour faire réagir la créature. Mais malgré ma semonce, rien ne se passe. Plus un bruit à l’horizon, ce qui m’inquiète encore plus. Je me tourne alors vers Taaru pour l’avertir.
Il se trouve à plusieurs dizaines de mètres de moi et dans l’obscurité de la nuit, j’entend un bruit sourd et j’aperçois sa silhouette s’effondrer sur le sol.
Une embuscade.
Je réveil rapidement les 2 gardes qui dormaient, demande à Ragnar d’attaquer l’assaillant de Taaru et me précipite vers le chariot d’Emmarask. Je réussi à me défaire d’un de nos ennemis avec un coup de dague bien placé, puis j’utilise un fumigène pour permettre à Ragnar de quitter son combat singulier et me rejoindre. Mais nos ennemis sont nombreux.
L’un d’entre eux a déjà atteint le chariot.
Et au moment où je pénètre dans le véhicule, celui ci a déjà assomé Emmarask et est prêt à partir avec le chariot et son contenu.
J’engage alors un bref combat contre lui mais il est vite rejoint par 3 de ses acolytes et le combat tourne en notre défaveur.
Dans l’espace restreint du chariot, je ne peux mettre mes talents d’acrobates à profit. La force et l’allonge de mon adversaire ont raison de moi rapidement et Ragnar ne tarde pas à tomber lui aussi.

Quelques minutes plus tard je reprend conscience. Lady Emmarask, le chariot et son contenu ont disparu et Taaru m’explique qu’il a dû capituler pour nous sauver la vie.
Notre mission est donc un échec total et mes chances de retrouver Kimar s’amenuisent. De plus, la réputation de notre compagnie en a prit un coup, elle qui venait juste de voir le jour. Cette mise en déroute m’aura servit de leçon et m’aura permit de prendre conscience d’une chose. À trop vouloir me hâter à retrouver mon ami disparu, j’en ai oublié ceux qui sont à mes côtés et qui constituent ma force. L’union de notre compagnie est certainement ce qui nous permettra de soulever des montagnes et d’atteindre nos objectifs, qu’ils soient communs ou individuels.
Par pur égoïsme et dans le but d’atteindre mon objectif personnel, j’ai mis notre compagnie et ce qu’elle représente en danger. Je dois retrouver Kimar, mais pas au prix de la vie d’autres personnes.
Je dois à présent me rattraper, présenter mes excuses au reste du groupe et les convaincre de bien vouloir m’aider dans ma quête. Je les aiderai volontiers en retour.

Comments

Rozahlita

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.